Les annonces BD 2017

Après un premier billet sur les sorties du premier semestre 2017, voici le second, consacré aux titres annoncés pour la suite de 2017. Tout dépend évidemment des annonces des éditeurs et certains communiquent plus en amont que d’autres.

SEPTEMBRE 2017
Le plus gros des annonces est évidemment sur septembre.

Le 6 septembre, on commence joyeusement avec… Quelques jours à vivre de Xavier Betaucourt et Olivier Perret pour une plongée dans les services de soins palliatifs. C’est ce qu’on appelle une rentrée festive…
Le 7, ce sera Ki-oon qui nous fera retrouver Kenji Tsuruta, dont on n’avait plus beaucoup de nouvelles en VF depuis Forget me not chez Sakka en 2004, dans sa collection Latitudes avec le premier tome de L’île errante. Sachant que le tome 2 sortira au Japon le 23 octobre prochain, six ans après le premier. D’ailleurs, Ki-oon en profite pour annoncer que le mangaka sera un auteur phare de leur collection, avec notamment la sortie début 2018 de Souvenirs d’Emanon, une série de one-shots adaptés des romans de SF de Shinji Kajio.

On passe ensuite au 13 septembre, assez chargé.

Commençons par une sortie chez Casterman, Betty Boob par Véro Cazot et Julie Rocheleau. Un album sans parole sur la réappropriation de son corps après un cancer du sein et une mastectomie, a priori 184 pages assez joyeuses et colorées selon les extraits qu’on peut en voir.
Chez Glénat, il y aura le one-shot Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher dont le résumé m’a beaucoup fait penser à l’intrigue de base du film Your Name. Un jeune homme découvre qu’il ne vit qu’un jour sur deux, l’autre étant vécu par une autre personnalité…
Changement de ton chez La boîte à bulles avec un récit historique, Cyparis, le prisonnier de Saint-Pierre de Lucas Vallerie. Nous voici en 1902 en Martinique où la Montagne Pelée commence à montrer quelques signes inquiétants d’activité… J’avais déjà entendu parler de cette histoire, curieuse de la voir mise en images.
Enfin, on retourne au manga chez Pika Graphic avec Le pacte de la mer du regretté Satoshi Kon, dont l’éditeur avait déjà proposé Fossiles de rêves en février. La légende parle d’un pacte scellé entre un prête shinto et une sirène… Mais ne serait-ce qu’une légende pour touristes ?

Le 14 septembre, Futuropolis ne sort pas vraiment une nouveauté puisqu’il s’agit d’une intégrale, Le monde de Lucie, de Kris et Guillaume Martinez, initialement sortie en 2008-2010 en 3 tomes. Un thriller ayant reçu le prix spécial du jury lors des Utopiales de Nantes 2008.

Le 20 septembre, on repart chez Delcourt avec Été par Thomas Cadène, Joseph Safieddine, Camille Duvelleroy et Erwann Surcouf. Une histoire qu’on a déjà pu découvrir cet été sur Instagram, du 9 juin au 27 août. Celle d’un couple qui avant de se marier décide de se donner un été, chacun de son côté, pour faire ce qu’il/elle veut. Pour le meilleur et pour le pire…

Le 21 septembre, on regarde du côté de l’étagère Gallimard BD pour voir Les étoiles du temps de Victor Hussenot dont on connaît au final peu de choses, à part que c’est une centaine de pages sur la perception du temps.
C’est à un tout autre type de perception que nous invite l’éditeur La ville brûle avec Panique dans le 16e !, une nouvelle enquête des sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon (déjà connus en BD avec Marion Montaigne pour Riche, pourquoi pas toi ?) et Etienne Lécroart au crayon, avec toujours en sujets d’observation  des deux chercheurs, les riches et leur entre-soi si protégé.

On arrive fin septembre avec le 27 chez Vents d’Ouest, la sortie de Manhattan Murmures de Giacomo Bevilacqua. Un photographe part s’installer à New York après une tragédie amoureuse et va se plonger dans la solitude.

Et on termine ce mois de rentrée avec Petite Maman de Mamoudhi Halim chez Dargaud. L’histoire de Brenda, née d’une mère ado et d’un père volatilisé, qui devra grandir malgré tout dans un univers brutal et injuste…
Oui, on termine le mois aussi joyeusement qu’on l’a commencé, en fait.

OCTOBRE 2017
On commence octobre chez Casterman dès le 4 avec Le joueur d’échecs, l’adaptation de la célèbre nouvelle de Stefan Zweig (que je vous recommande d’ailleurs) par David Sala. Je suis intriguée mais un peu rebutée par le style graphique…

Le 6 octobre, dans la collection Made In de Kana, un nouveau album félin et culinaire fait son entrée, en direct de la Corée, Mon chat, ma cuisine et moi de Han Hye Yeon. Dans lequel une jeune femme affronte les épreuves de la vie à grands coups de desserts… Chats et pâtisseries, que demander de plus ?
Toujours le 6 mais cette fois-ci côté comics chez Urban Comics avec Private Eyes par Brian K. Vaughan (scénariste de Saga et Paper Girls) et Martin Marcos, qui nous plonge dans un monde post-Internet où le Cloud a implosé, dévoilant tous les secrets, et où chacun cherche désormais à se cacher constamment derrière un masque.

Le 11 octobre, Casterman proposera un gros volume de 400 pages par Mario Tamura, Les enfants de l’araignée, l’histoire d’une révolte d’une humanité emprisonnée dans des villes gérées par une junte militaire.

On passe ensuite chez Akata pour le 12 octobre la parution de La fillette au drapeau blanc de Saya Miyauchi, adaptant la vie de Tomiko Higa. Pendant la seconde guerre mondiale, la petite Tomiko vit à Okinawa avec son père, presque comme si la guerre n’existait pas. Mais les bombardements commencent et son père est enrôlé…

Le 18 octobre, je note deux sorties chez Delcourt. D’abord, Sérum de Cyril Pedrosa et Nicolas Gaignard. Un homme, dans un Paris de 2050 post-purges, ne peut dire que la vérité suite à l’injection d’un sérum.
Il y a également l’adaptation en BD de l’incroyable roman d’Alain Damasio, La horde du contrevent (dont je vous ai déjà parlé), par Eric Henninot. On nous annonce deux versions, une couleurs et une noir et blanc, cette dernière étant plus chère (21,50 au lieu de 16,95€). Sachant que ce premier tome ne fait que 80 pages, et vu la densité du roman de Damasio, je ne suis pas persuadée de me laisser tenter…
Toujours le 18 mais cette fois-ci chez Glénat Comics, Juste un peu de cendres de Thomas Day et Aurélien Police, où un trio de jeunes gens dotés de pouvoirs leur permettant de percevoir la vraie nature des monstres qui les entourent part en quête d’un quatrième homme, le seul capable apparemment de tout leur expliquer…
Cet titre français arrivera également aux USA début 2018 chez IDW, suite à l’accord de partenariat signé en juillet entre l’éditeur américain et Glénat Comics pour la sortie simultanée aux USA et en France de titres dans la collection Original Graphic Novel.
Je découvre d’ailleurs qu’Aurélien Police est l’illustrateur des couvertures deux livres de SF de Ken Liu chez Le Belial que j’ai lus récemment (L’Homme qui mit fin à l’histoire et Le Regard). Je suis encore plus intéressée…

Toujours au rayon comics, on va voir le 20 octobre chez Urban pour la sortie du premier tome de Black Hammer de Jeff Lemire et Dean Ormston, série toujours en cours aux USA chez Dark Horse dans lequel une troupe de super-héros se retrouve coincée dans l’existence paisible d’une petite bourgade.

NOVEMBRE 2017
On commence à manquer un peu d’infos à partir de novembre pour les sorties, ce sera donc rapide.
Gallimard annonce Spinning de Tillie Walden le 2 novembre. Une plongée dans l’adolescence de l’autrice quand elle s’entraînait au patinage artistique de haut niveau, avec toutes les difficultés que ça comporte, surtout quand elle finit par craquer pour une autre fille…

Dans un registre assez proche, Bliss Comics sortira le 23 novembre prochain la version française de l’œuvre collective Love is Love, parue aux USA suite au massacre homophobe du Pulse à Orlando en juin 2016. Plus de 200 artistes du monde du comics ont participé à l’ouvrage dont la version française sera enrichie d’histoires inédites d’auteurs français. Tous les bénéfices seront, comme pour la version d’origine, reversée à des associations LGBT, française et américaine.

Voilà, cela nous donne une bonne vingtaine de titres sur lesquels jeter un coup d’œil une fois arrivés dans vos librairies. Il y en aura sans aucun doute encore bien d’autres à découvrir. De très belles lectures en perspective ! (Et les chroniques qui vont avec !)
J’espère que ces deux billets estivaux sur les sorties 2017 vous auront plu. Place maintenant à la curiosité et à la lecture !

2 comments

  1. Et bien, pas grand chose qui m’intéresse dans ces titres, ce qui ne veut pas dire que je n’en lirai aucun. Déjà, le Boite à Bulle et le Bliss Comics en SP PDF, le Vaughan en biblio… J’ai déjà lu en SP PDF « Mon chat, ma cuisine et moi » et j’ai trouvé ça d’un inintérêt total, que ça soit sur le plan du contenu, du dessin ou de la narration. Je pense toutefois acheter « Les Enfants de l’araignée », pour tenter, merci de l’info 🙂

  2. De mon côté, j’attends le prochain Tom Gauld, En cuisine avec Kafka, qui est prévu pour mi-octobre aux Editions 2024 (comme d’hab).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *