Ms. Marvel vol. 1

Série en cours par G. Willow Wilson et Adrian Alphona, éditée en VF par Panini Comics, 175x265mm, 14,95€ le volume.
Volume 1 paru le 04/02/2015.

Ms Marvel vol. 1Si je lis des comics, je ne suis pas très intéressée par la composante super-héros à laquelle on pense immédiatement. En dehors de quelques Batman cultes ou de Hellboy, je me concentre principalement sur les super-héroïnes, Wonder Woman (inégal mais plaisant) ou Batwoman (que j’ai stoppée après l’éviction de la dream team de créateurs). Je n’allais donc pas louper l’arrivée d’une nouvelle venue, Ms. Marvel en version ado musulmane geek (en vérité, j’allais la louper, ne sachant pas que c’était paru en France…).

Kamala Khan, 16 ans, d’origine pakistanaise, vit l’existence d’une ado classique à Jersey City. Si sa religion lui apporte quelques désagréments sociaux dans les cercles boutonneux de la ville, elle n’est pas différente pour autant des autres jeunes de son lycée, jouant aux jeux vidéo, s’extasiant sur les exploits de Carol Danvers, ex-Ms. Marvel et actuelle Captain Marvel. Mais il faut parfois se méfier de ce qu’on souhaite car parfois, les vœux se réalisent…

Dans le contexte actuel de tension avec ses vagues d’islamophobie, oser reprendre un personnage classique du panthéon Marvel pour y intégrer l’histoire d’une jeune femme musulmane, c’est tout de même marquant. Quand en plus, le résultat s’avère réussi, drôle, intelligent et fun, il faut absolument en parler.
Kamala est une ado comme les autres, qui tente simplement de survivre à un âge difficile où on passe son temps à tenter de trouver qui on est, à faire le tri entre les injonctions des adultes d’un côté et les tentations de tout faire pour être considéré comme cool et populaire de l’autre. Si en plus, on ajoute la composante religion, bienveillante et aimante mais assez stricte, cela fait forcément des étincelles quand on devient une super-héroïne aux immenses pouvoirs à apprivoiser. Difficile d’aller sauver le veuf et l’orphelin quand on doit être rentrée avant 22h et ne rien devoir cacher à ses parents…

msmarvel04Eh oui, Kamala découvre immédiatement que les super-pouvoirs, ça a l’air cool comme ça mais que ça a tendance à complexifier rapidement l’existence. D’abord apprendre à contrôler ces capacités toutes neuves et rapidement envahissantes, puis réussir à garder son identité secrète tout en ne perdant pas de vue qui on est : difficile quand on est à un âge où justement on est en pleine construction de soi et qu’on doit déjà réussir à discerner ce qu’on veut de ce qu’on peut, tout en prenant en compte les attentes des autres sans pour autant se laisser bouffer.

La scénariste G. Willow Wilson sait de quoi elle parle quand elle confronte Kamala aux attentes de sa religion puisqu’elle s’est convertie à l’Islam il y a plusieurs années. Cela rajoute un aspect plutôt intéressant et original dans le regard que l’on porte sur cet univers, loin du manichéisme primaire qui pullule dès qu’on parle des musulmans. Les parents de Kamala ne sont rien d’autres que des parents, voulant le meilleur pour leurs enfants, les ayant élevés pour qu’ils soient de bonnes personnes, ouvertes et responsables avant tout. Que leur aîné prie toute la journée les agace déjà suffisamment, ils espèrent bien que leur fille unique connaisse une vie pleine de succès, soit heureuse et ne se retrouve pas embarquée dans des histoires foireuses. Comme tous les parents (enfin normalement).
La question musulmane apporte alors un plus dans l’histoire de Kamala, loin des clichés et des préjugés. Le but n’est pas spécialement de cacher les côtés polémiques de la religion – place des femmes, etc. -, juste de montrer que ce n’est qu’une part comme une autre d’une vie et que ça n’annule pas la personnalité du pratiquant pour autant.
Ainsi Kamala ne veut pas être limitée à une caricature étriquée mais être considérée comme une personne à part entière. Mais elle n’avait pas prévu que son accès au statut de super-héroïne rendrait sa vie si compliquée et l’obligerait à des choix d’adulte face à de possibles dangers et des principes un peu bouleversés.
Il lui faut alors trouver sa place pour réussir à être digne de sa nouvelle fonction, le camp d’en face n’en ayant pas grand-chose à faire de ses difficultés et de ses soucis familiaux…

msmarvel02Cette nouvelle héroïne réussit en tout cas son entrée avec ce premier tome. C’est drôle, prenant, rempli d’amour et de tendresse, finement raconté, s’attaquant à diverses facettes du personnage sans se perdre en route. Le dessin est expressif, attachant, très doux – je me sens souvent un peu agressée par les couleurs flashy des comics et pas là -, énergique avec un trait personnel maîtrisé et agréable.

Un quatrième volume devrait paraître d’ici fin 2015 aux US et pour la version française, le tome 2 est prévu pour le 16 septembre 2015.

3 comments

  1. Yeah, la fameuse chronique sur Ms. Marvel !

    J’aime beaucoup ce titre, et surtout la façon dont les pouvoirs de l’héroïne dont écho à son adolescence : la possibilité de changer d’apparence, la façon dont elle commence par adopter l’identité de quelqu’un d’autre avant de petit à petit trouver la sienne etc. Et puis il y a vraiment quelque chose au niveau des dessins (c’est rare de trouver une telle diversité des corps) et des couleurs de Ian Herring, vraiment très douces. Le dessins d’Adrian Alphona avaient subi une colorisation hyper froide, hyper numérique dans Runaways/Les fugitifs il y a quelques années et le résultat n’avait malheureusement rien à voir… A noter que l’éditrice du titre, Sana Amanat, est pakistano-américaine et a grandi dans le New Jersey, on sent que l’équipe derrière le titre y a mis du vécu.

    Sinon, j’ouvre une parenthèse « comic book fan pontilleux » 😛
    – Carol Danvers est l’ex-Ms. Marvel et l’actuelle Captain Marvel. Elle a reçu ses pouvoirs au cours d’un accident où était présent l’ancien Captain Marvel (un extra-terrestre) et a porté pendant longtemps un uniforme avec l’éclair qui se retrouve à présent sur le costume de Kamala. A la mort de l’ancien Captain Marvel, elle a abandonné le titre de Ms. et pris celui de Captain, en adoptant un costume faisant à la fois référence à l’ancien Captain et à sa propre carrière dans l’Air Force.
    – C’est « Ms. » Marvel et non « Miss » ;p

    1. Merci pour ces précisions (j’ai fait les modif).
      J’aime vraiment le traitement des couleurs, oui. Ce n’est pas si courant je trouve dans les comics. Et la création et personnalisation de son personnage petit à petit est vraiment bien fichue…

      1. En fait c’est surtout récent j’ai l’impression. Dans les productions des années 2000 je suis tombé sur pas mal de trucs moches, avec des colorisations pleines de dégradés partout qui hurlent « PHOTOSHOP ! » et qui ont un rendu très froid, le genre qui fait se dire « ah ben ça se voit que c’est fait à l’ordinateur… »

        Mais là ces dernières années, que ce soit dans le super-héros ou le plus indé, on trouve des colorisations beaucoup plus agréables, plus variées et qui savent mieux s’adapter au trait de l’artiste (qui ne se marie toujours pas très bien avec un rendu plein de dégradés, les aplats c’est bien aussi parfois). Tout ce que colorise Jordie Bellaire est vraiment joli ; dans ce qui est dispo en VF super-héros, la nouvelle Batgirl et Black Widow ont de belles ambiances, tout comme Daredevil colorisé par Javier Rodriguez (Lolita HR !) puis Matt Wilson.

        Depuis le boom d’Image et le succès de Hawkeye puis Ms. Marvel chez Marvel, on voit fleurir beaucoup plus de titres avec des graphismes qui changent un peu, un ton plus personnel aussi, ça fait plaisir.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *