21 avril 2021

Nouveautés mars 2021

Le mois de mars promet d’être plutôt chargé en jolies nouveautés ! Je n’en propose que 10 ci-dessous mais aucun doute qu’il y en a plein d’autres que j’ai dû louper…
Comme toujours, l’image du “Pourquoi ?” est cliquable pour voir un extrait en grand.

3 mars 2021

L’esprit critique par Isabelle Bauthian et Gally chez Delcourt

Quand Paul, qui n’est pas superstitieux pour un sou, rencontre la druide Masha, le courant ne passe pas. Il a beau lui expliquer l’importance de la logique, le débat vire à la mauvaise foi. Ce soir-là, Paul reçoit la visite de l’Esprit Critique, bien déterminée à lui faire comprendre en quoi consiste vraiment la pensée scientifique… Elle va bouleverser sa façon de penser… et peut-être la vôtre !
128 pages – 16,50€

Pourquoi ?

Voilà déjà plusieurs mois que cette BD est annoncée. Appréciant le trait de Gally et étant intéressée par le sujet, je la surveille depuis déjà un moment, qui plus est dans la collection Octopus au départ dirigée par Boulet.


Lignes de vies de Birgit Weyhe chez Cambourakis

Zahi ne connaît pas la date exacte de sa naissance en Somalie, il devient pirate après avoir perdu sa famille, puis est emprisonné en Allemagne ; née en Californie de parents italiens, Gianni rencontre au Mozambique un Allemand qui deviendra son mari ; menacé par les talibans, le jeune Afghan Moh décide de traverser la Méditerranée en 2015 puis marche pendant quatre mois vers l’Europe de l’Ouest où il rêve d’étudier l’informatique…
Par choix ou par nécessité, quitter son lieu de naissance pour rebâtir une vie ailleurs est au cœur de l’expérience humaine. À travers trente portraits de femmes et d’hommes qui correspondent à autant de récits de migration d’un continent à l’autre, du xxe siècle jusqu’à nos jours, Birgit Weyhe poursuit l’exploration des thématiques qui irriguent toute son œuvre : l’exil, l’influence de l’Histoire sur les destins individuels, le sentiment d’être chez soi.
128 pages – 18,00€

Pourquoi ?

Je n’ai lu aucune précédente BD de Birgit Weyhe mais je pourrais commencer par celle-ci. La question de l’exil, de la migration pas forcément volontaire est très forte aujourd’hui et c’est peut-être l’occasion de voir ça autrement qu’au travers des informations ignobles balancées par nos médias…


Memento Mori par Tiitu Takalo chez Sarbacane

Le 4 décembre 2015 avait tout d’une belle soirée. Un projet d’exposition sur le point d’être finalisé, un bon film entre amis, quelques mots doux échangés avec son amoureux… Quand Tiitu s’endort paisiblement dans son appartement de Tampere, elle est loin de se douter que sa vie est sur le point de basculer, qu’une hémorragie cérébrale va la conduire, à 37 ans et en l’espace d’une nuit, au bord du précipice.
Et pourtant, tout ne fait que commencer. Tiitu a survécu et elle doit désormais réapprendre à vivre, pas à pas, au rythme des soins infirmiers et d’opérations lourdes, grâce aux deux amours de sa vie, Mikko et le dessin…
240 pages – 25,00€

Pourquoi ?

Vous le savez si vous me suivez depuis un moment, j’adore les BD sur les questions médicales. Alors j’avoue que celle-ci, dont le dessin semble plutôt agréable, me tente beaucoup.


La météorite de Hodges par Fabien Roché chez Delcourt

1954, Sylacauga, Albama. Frappée chez elle par une météorite tombée du ciel, Ann Elisabeth Hodges vit sa vie transformée par la célébrité, elle qui était devenue la première humaine heurtée par un corps céleste.
64 pages – 18,95€

Pourquoi ?

Je m’intéresse assez rarement aux BD qui font moins de 100 pages, par peur de ne pas avoir suffisamment de développement d’une histoire (l’habitude du manga de 192 pages…). Mais celle-ci, de par son sujet et son traitement narratif, m’attire l’œil…


4 mars 2021

Celui qui hantait les ténèbres par Gou Tanabe d’après H.P. Lovecraft chez Ki-oon

Dans la ville de Providence, le jeune écrivain Robert Blake semble fasciné par une étrange église abandonnée. Alors qu’il finit par s’aventurer dans ce lieu de culte perverti, il y découvre le Necronomicon, un ouvrage maudit de magie noire, et invoque sans le vouloir des forces maléfiques qui dépassent l’entendement…
Pendant la Première Guerre mondiale, un officier évadé se retrouve perdu en pleine mer. Épuisé, il s’évanouit dans sa barque et, à son réveil, s’aperçoit qu’il s’est échoué sur une île inquiétante, recouverte à perte de vue de carcasses de bêtes marines…
164 pages – 15,00€

Pourquoi ?

Cinquième adaptation de Lovecraft par Gou Tanabe, on sait déjà à quoi s’attendre. A une mise en image fidèle, sobre, qui permet de découvrir un pan de la littérature horrifique du xxe siècle.


11 mars 2021

Wombs par Yumiko Shirai chez Akata

Quelque part, dans l’univers… Les Firsts se sont installés sur la planète Jasperia et l’ont terraformée. Ils ont cru pouvoir y vivre en paix. Mais à l’arrivée des Seconds, une terrible guerre est enclenchée.
Vingt ans plus tard, et tandis que le conflit n’a pas faibli, Mana Oga est choisie pour intégrer une section spéciale de l’armée : « les forces spéciales de transfert ». Cette unité d’élite est composée exclusivement de femmes, dont l’utérus a été implanté par des fœtus parasites. Ces dernières développent alors une capacité unique, la téléportation, conférant à leur armée un avantage stratégique notable.
Arrachée de son quotidien, Oga va devoir s’entraîner, se former puis prendre part à une guerre dont elle ignore tous les enjeux et implications…
Série en 5 tomes – 8,50€
Disponible en version numérique

Pourquoi ?

Depuis le temps que j’en entends parler, de Wombs… Je n’ai pas du tout été convaincue par Rafnas, sorti chez Komikku, mais je vais forcément me laisser tenter par celui-ci…


17 mars 2021

Prison n°5 par Zehra Dogan chez Delcourt

Ce livre est le fruit d’une détermination, transformant un emprisonnement en une résistance. Zehra Dogan, artiste kurde condamnée pour un dessin et une information qu’elle a relayés, fut jetée dans la prison n°5 de Diyarbakir, en Turquie. Elle nous immerge dans son quotidien carcéral. Découvrir le passé de ce haut lieu de persécutions et de résistances, c’est connaître la lutte du peuple kurde.
120 pages – 19,99€
Disponible en version numérique à 13,99€

Pourquoi ?

La question kurde reste une question d’actualité internationale extrêmement complexe et controversée. Alors ce témoignage direct est peut-être l’occasion d’en apprendre plus…


19 mars 2021

And (&) par Mari Okazaki chez Kana

Une employée administrative dans un hôpital décide d’accomplir son rêve et de démarrer une activité professionnelle parallèle. Elle veut ouvrir un salon de manucure qui n’ouvre que le soir, pour les femmes actives qui veulent rester coquettes.
Mais se lancer comme indépendante n’est pas une mince affaire, surtout quand les autres, et en particulier les hommes de son entourage, tentent de la décourager jugeant l’entreprise trop compliquée pour “une petite femme inexpérimentée”. Pourtant, elle va s’accrocher et, petit à petit, trouver sa place dans ce monde fort différent de l’univers des employés de bureau.
Série en 8 tomes – 7,45€

Pourquoi ?

Parce que Mari Okazaki. Parce que je l’aime depuis Déclic amoureux et que je désespérais de la retrouver depuis la fin de Complément affectif. Et que j’espère retrouver la magie de l’autrice dans une de ses dernières séries.


La Grâce par Emmi Valve chez Çà et là

La Grâce de l’autrice finlandaise Emmi Valve est un récit saisissant sur les troubles mentaux. Dans ce récit autobiographique de 300 pages, Emmi Valve décrit l’expérience qu’elle a, depuis son enfance, d’une forme particulière de dépression sévère parfois appelée dépression existentielle. Les personnes qui en souffrent ressentent un vide absolu dans leur existence et éprouvent de façon terriblement exacerbée le sentiment que leur vie n’a aucun sens. Emmi Valve décrit méthodiquement sa plongée dans l’horreur, la dégradation de son état psychique alors qu’elle était jeune adulte et sa lente sortie de cet enfer après en séjour en HP.
304 pages – 20,00€

Pourquoi ?

Certes, ce n’est pas la couverture qui m’a donné envie d’aller voir de plus près. Mais le sujet de la dépression existentielle m’intéresse énormément alors je vais évidemment sortir la CB…


31 mars 2021

Banana Fish par Akimi Yoshida chez Panini Manga

En 1973, au Vietnam, un soldat américain perd la tête et tire sur ses camarades. Dès lors, il ne parle plus, si ce n’est pour laisser échapper parfois ces deux seuls mots, ” Banana Fish ”.
Douze ans plus tard, à New York, la police enquête sur une série de suicides pour le moins douteux. Un jour, un homme est abattu froidement dans la rue et, avant de mourir, remet à un jeune chef de bande nommé Ash une mystérieuse substance.
Quel lien y a-t-il entre ces morts suspectes ? Ash tente de découvrir la vérité. Mais un certain Dino Golzine, parrain de la pègre new-yorkaise, n’hésite pas à lui mettre des bâtons dans les roues.
10 volumes doubles – 16,00€

Pourquoi ?

Je me suis faite violence pour intégrer BF ici. Parce que Panini Manga. Que j’évite depuis des années, par ras-le-bol dans leur foutage de gueule permanent dans le traitement de leurs mangas.
Mais là, je fais un effort, même pour une réédition (dont je ne parle pas ici normalement). Parce que c’est Akimi Yoshida et Banana Fish, manga fétiche du forum Mangaverse lors de sa première édition. Je ne suis pas encore convaincue à 100% que je ferai cette réédition mais au moins, j’y réfléchirai…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *