Les Enfants de la Baleine vol. 1 et 2

Série en cours par Abi Umeda, éditée en VF par Glénat, en VO par Akita shoten.
Sens de lecture japonais, 115x180mm, 6,90€.
Deux premiers tomes sortis en janvier 2016.

Pour démarrer l’année, Glénat nous invite dans les profondeurs de la Baleine de glaise à la rencontre des Enfants de la Baleine d’Abi Umeda (déjà découvert.e chez Soleil Manga avec l’incomplète série Full Set !!).

Les Enfants de la Baleine vol. 1 Cette Baleine de glaise, c’est une île flottante sur une mer de sable. À son bord, un peu plus de 500 personnes y vivent paisiblement, ne connaissant rien d’autre que cet océan sans eau à l’infini. 90% d’entre eux sont des marqués, capables d’utiliser le saimia, un pouvoir lié à leurs émotions. Leur espérance de vie est plutôt courte alors ils laissent les non-marqués, sans pouvoir, s’occuper du destin de leur communauté.
Parmi ces marqués, il y a Chakuro, pas très habile dans l’usage de son saimia facilement destructeur, et qui préfère donc sa fonction de scribe, lui permettant de gérer son hypergraphie au travers des multiples archives qu’il écrit jour après jour, dans les moindres détails. Mais un jour, il fait partie des éclaireurs sur une île qu’ils viennent de croiser…

Si vous avez déjà entendu parler de ce manga, il y aura sans doute eu une référence à Nausicaä de Miyazaki. Difficile d’y échapper. Le dessin est aussi fin et doux, très détaillé, même si pas toujours totalement maîtrisé, notamment dans les quelques scènes d’action où la mangaka ne semble pas trop à l’aise dans le mouvement. Cela reste en tout cas toujours parfaitement lisible et confère d’office une douceur et une poésie au récit, avant même d’avoir lu les premiers dialogues.
On retrouve également une terre inhospitalière, la mer de décomposition chez Miyazaki, la mer des sables chez Umeda. Un monde où ne semble survivre qu’une poignée d’humains sur leur petit bout de paradis, la Vallée du vent ou la Baleine de glaise, où dans les deux cas, seul le mouvement semble capable d’empêcher la mort.
baleine02
Ajoutons un petit point tragique supplémentaire chez Umeda : l’espérance de vie réduite de la majorité de la population, qui semble ainsi devoir payer le prix de son pouvoir. Les jeunes marqués grandissent en sachant que leur vie sera limitée, quelques dizaines d’années à peine, donnant ainsi une touche de mélancolie forte à chacun des jours qui passent.
On ne ressent pas pour autant une ambiance profondément dramatique mais plutôt un besoin de vivre chaque instant passionnément, quitte à en demander beaucoup comme Ohni, chef d’une petite bande de (gentils) délinquants, rêvant de découvrir le reste du monde, de quitter cet espace si réduit qui l’empêche donner la pleine mesure de ses envies de liberté. Quand ton temps de vie est réduit, tu ne supportes pas d’en perdre une miette à cause de limitations ou de règles absurdes dictées par un conseil des anciens qui a déjà toute sa vie derrière lui.

Les Enfants de la Baleine vol. 2Face à cette vie courte et ces conditions d’existence particulières, les émotions résonnent fortement sur la Baleine de glaise. Notamment chez Chakuro, jeune scribe de 14 ans, véritable réservoir d’émotions, ce qui l’empêche sans doute de pouvoir maîtriser son saimia. Hyper-empathique, il ressent tout à l’extrême et ne peut s’empêcher de tout écrire, sachant au plus profond de lui la nécessité d’archiver la vie de ses camarades. La vie est courte, le monde est incertain et rude, il faut garder la mémoire de ce qu’il se passe. Tout peut se terminer tellement rapidement, les archives permettent alors de conserver une trace des disparus et de leur existence, peut-être simple et sans événement particulier, mais pas pour autant inutile. Ces gens du passé, dont le corps a été redonné à la mer des sables, méritent de rester dans les esprits, pour expliquer à leurs enfants qui ils étaient et d’où ils venaient.
Bien sûr, on se doute que ce petit paradis un peu étriqué recèle des secrets. Si très vite, l’auteur.e nous met dans le bain du quotidien de ses attachants personnages, nous familiarisant avec leurs traditions, leurs coutumes, on se doute bien que tout cela n’aura qu’un temps. Nausicaä avait sa princesse agonisant dans son engin volant, Les Enfants de la Baleine ont eux aussi droit à une rencontre qui va changer le cours de leur vie : drames, guerres, massacres, le monde extérieur se dévoile à eux sous son pire jour. Cette tribu sans histoire se retrouve alors face à un destin qu’elle ne pouvait imaginer et chacun va devoir faire un choix entre résignation et révolte…

baleine03
Glénat a plutôt eu une bonne idée en sortant les deux premiers tomes à deux semaines d’intervalle, permettant ainsi de faire la découverte de ce nouvel univers tranquillement puis de nous plonger à fond dans l’action très rapidement.
Si le style graphique fait plutôt shôjo, il serait en tout cas dommage de faire l’impasse tant ce que l’auteure semble vouloir développer promet d’être intéressant.
6 tomes sont pour le moment parus au Japon, et le troisième est prévu en VF pour le 4 mai 2016.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *