Le billet de juillet pour dire que je n’ai rien à dire

L’été est déjà bien avancé et nous le fait payer depuis plusieurs semaines. Je ne sais pas chez vous mais ici, on cuit littéralement. Impossible de se passer du ventilateur l’après-midi devant les écrans et les deux poilus à quatre pattes restent vautrés toute la journée… ce qui ne change pas grand-chose à leur quotidien habituel, certes. Mais ils souffrent aussi, les pauvres…

« J’ai chaud !! Balance la flotte !! »

J’espère que l’orage et la pluie d’hier soir vont enfin calmer le jeu parce que devoir rester enfermée dans sa grotte suffocante pendant des semaines, même pour une anti-sociale comme moi, ça devient rude…

Malgré tout, il faut avancer le boulot, d’autant plus que d’ici quelques semaines, notre petite famille va déménager et qu’il va bien falloir payer ce nouveau manoir… C’est aussi pour ça que je tente de réduire mes achats BD (et livres, mais vu ce que j’ai encore ramené ce matin, je n’ai a priori pas encore trouvé la force psychologique pour m’y appliquer), histoire de ne pas trop dépenser tout en évitant de déjà re-remplir des étagères que j’ai commencé à vider pour faciliter le déménagement.
J’ai eu ordre de trier mes livres, dans l’espoir de limiter le nombre de cartons ultra-lourds qui casseront le dos des malheureux qui vont devoir se coltiner ça. J’ai déjà beaucoup élagué, l’antenne locale du Secours populaire a dû se transformer en bibliothèque durant quelques heures, et je referai sans doute un tri encore plus drastique quand j’en aurai ras-le-bol de remplir ces fichus cartons.
Le gros inconnu étant : vais-je pouvoir trouver où mettre toutes mes étagères dans notre prochain château (le terme est un tantinet excessif mais c’est l’été, je veux vous faire rêver) ? Combien de fois vais-je me faire sermonner à grands coups de « Mais tu fais ch… avec tes bouquins !! On va tous les cramer, tu vas voir !! » ?

Bref, entre le boulot, la chaleur et le manque d’énergie qui va avec (je déteste l’été !!), le prochain déménagement et les visites de l’appart à vendre (et mon addiction à Twitter et Instagram…), je rame encore et toujours niveau lectures alors que j’ai quantité d’ouvrages à découvrir. La curiosité, c’est indispensable, c’est même vital mais ça demande un temps fou pour tout lire, la place pour ranger (et le fric dans certains cas).

Butin lecture de ce matin, lors d’une de mes « rares et aussi rapides que possible » sorties en ville

Vu que l’été est souvent très très calme sur le net, j’ai décidé de ne pas « gâcher » de chroniques inédites en dehors peut-être de celles consacrées à des films d’animation parce que l’époque s’y prête bien. Il n’y aura donc pas de nouvelles chroniques BD ici jusque septembre, comme déjà dit sur Twitter et FB, et je proposerai plutôt des « rediff », pour découvrir des anciennes chroniques qui ont pu passer inaperçues dans le tumulte de l’année. Et avec un peu de courage, j’arriverai peut-être à en faire un petit stock pour la rentrée…

Ah si, quand même, j’y pense… J’ai appris il y a peu (sur Twitter, comme toujours) qu’une nouvelle collection BD allait débarquer début 2016 chez Le Lombard, La petite Bédéthèque des Savoirs, associant un.e spécialiste d’un sujet et un.e dessinateur/trice. Je suis très impatiente de découvrir ça…

Bon, ce billet devait être court, je vais donc m’arrêter là et vous souhaiter de bonnes vacances/une bonne fin de juillet/un bon mois d’août/bon courage pour le boulot/bon appétit/joyeux Noël/une bonne sieste/bonne lecture…

(Je n’avais rien à dire mais ça a tout de même pris près de 600 mots pour le dire :D)

5 comments

  1. Finalement, tu en avais, des choses à dire 🙂

    Un autodafé de livres ?? Quoi de plus horrible ?? é_è
    C’est vrai que c’est cool quand on partage la même passion (on peut s’accuser mutuellement).
    Sinon, tu ne vends pas tes livres ? Ça fait de la place et un peu d’argent, toujours utile quand on va habiter dans un manoir.

    Je vois que tu as acheté un carnet Paperblanks, c’est pour y dresser ta pile à lire ? 😀
    J’ai toujours eu une liste pour ma part, mais bizarrement, je suis plus motivée pour la réduire à néant depuis que je l’ai publiée.
    Enfin bref, peut-être qu’en hiérarchisant et/ou ordonnant tes lectures, tu en viendrais à bout plus facilement ? Je suis consciente d’être très mal placée pour dire ça, hein.

    Et… Bon, je devrais pas mais Ce que manger veut dire, c’est un livre ? Un magazine ?

    1. Brûler un livre… Rien que d’y penser, j’en tremble. Rien qu’en jeter un vraiment pourri, j’ai du mal…
      On en a revendu sur Ama*on, je vais en amener à ma librairie habituelle… mais une grosse partie a été simplement donnée au Secours pop. Il y en avait trop et je ne voyais pas trop où on pouvait les revendre…

      Pour Paperblanks, non ce n’était pas pour ça 🙂 Je fais souvent des listes mais les oublie aussi vite. Surtout que je sais quoi lire… juste que je change d’idée tout le temps 🙂 Je commence un bouquin et 2mn après j’en commence un autre…

      Ce que manger veut dire, c’est un numéro de la revue Manière de voir, du Monde diplo. Il vient de sortir 🙂

  2. Ah ouais, tu me donnes des flash-back sueurs froides de mon déménagement y’a deux ans. Plus de 2 tonnes de livres, à emballer toute seule (j’en ai fait, des bennes, pour trouver des cartons. parce que bon, j’allais pas les payer, non plus), puis louer la grosse camionnette et engager mon meilleur copain pour charger, puis décharger, à deux. Encore, ça s’est bien passé (même si c’était littéralement crevant. Enfin, en Mars, il faisait pas encore trop chaud). Mais le vrai cauchemar, ça a été le déménagement du reste, quand t’es limite hoardeuse de choc et que tu supportes pas de voir les autres emballer tes affaires, mais que t’as quand même laissé traîner devant l’ampleur de la tâche et que tu te retrouves très débordée le jour arrivé…
    Ce fut dur. Psychologiquement et physiquement.
    la prochaine fois (pas avant des lustres, s’il vous plaît), je me prépare deux mois à l’avance, quitte à faire un carton par jour et démonter tous les meubles petit à petit.
    C’est pas possible d’accumuler autant de merdes, d’un autre côté.

    Maintenant, je me suis calmée et j’ai enfin commencé à faire les travaux nécessaires dans la nouvelle maison (genre, depuis deux ans, je vis avec une cuisine façon camping élaboré… dans une maison très grande mais sans aucun rangement.) Là, par exemple, j’ai enfin décidé d’acheter des armoires. Le truc, c’est que je devais repeindre la chambre d’abord (enfin, l’endroit où seront les armoires, déjà), donc j’ai pris mon courage à deux mains, et j’ai peinturluré depuis deux semaines, dont une séance épique en pleine canicule où je me suis soudain rendue compte à mes frissons que je peinturlurais avec 38,5 ° de fièvre. Ah ben d’accord. M’enfin, j’ai presque fini le coin, là, j’ai récupéré les plinthes, je les ai gratouillées, repeintes, rencollées, et demain, j’attaque les armoires.
    Si tout va bien, à la fin du mois, je peux ENFIN, commencer à ranger mon épique bordel. Après deux ans.
    Ensuite, faudra prendre un autre courage à deux mains, et refaire faire des devis pour la cuisine, en espérant pas tomber sur des arnaqueurs qui s’imaginent pouvoir faire raquer la nana qui vit toute seule… (Oui, la confiance règne, mais bon…)
    Euh… Hum… Mais sinon, c’est génial, les déménagements, hein 😀
    *se rend compte qu’elle a écrit un roman d’horreur pas super encourageant*

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *