FIFA 2016 – mardi : vous reprendrez bien un peu de courgettes ?

9h, me voilà en ville à foncer vers Bonlieu pour les petits dej du court. J’arrive toujours un peu après le début, la salle est déjà bien remplie et je dois me glisser avec l’élégance d’un hippopotame aveugle et arthritique pour me poser par terre, tout en sachant que je devrai partir avant la fin… J’attrape un petit jus de fruit au bar en passant et hop, je m’affa… m’installe.

Le petit dej du court, c’est l’occasion de voir les réalisateurs des courts métrages diffusés la veille venir répondre aux questions de Marcel Jean et de la salle sur leur travail. J’aime beaucoup ce moment mais cette année, je sais que j’en profiterai peu, vu que toutes mes séances du matin commencent tôt…
Dommage, là je n’ai entendu que la moitié des réalisateurs qu’il faut déjà que je parte au Pathé pour mes courts métrages en compétition 2. En fait, le Festival c’est beaucoup ça : des projections et entre, on fait la queue et on court.

Et cette séance des courts métrages s’est avérée assez fantastique. 9 courts métrages, 35 points sur 45 ! Bon, je ne suis pas fan des masques de corps en sucre du seul court que j’ai assez peu apprécié mais il avait la bonne idée de ne durer que 4 mn.
Pour le reste, on a eu un peu de tout, du très mignon, du glaçant, de l’émouvant, du délirant… et surtout beaucoup beaucoup de très bonnes idées originales et joliment mises en scène. J’espère pouvoir voir certains des réalisateurs demain matin pour en apprendre plus… et certains seront immanquablement dans mon récap de ce week-end !

C’est donc plutôt ravie de ma première séance du jour que je sors vers 11h20 et je file faire un petit tour à 9e quai, histoire qu’ils ne m’oublient pas… quitte à me ruiner encore un peu plus avec de nouvelles BD. Cool, L’herbier sauvage, peut-être tenterai-je la dédicace de Chloé Cruchaudet vendredi !

Je pars manger un bon burger volaille-curry à L’heure tourne où j’oblige même Patrick et Alain à ouvrir un peu plus tôt rien que pour moi. Petit tour ensuite à Decitre – quitte à se ruiner en bouquins, autant y aller franchement, oh mince pourquoi suis-je venue dans ce rayon ? – et je file à Bonlieu pour la conférence de presse consacrée au long métrage Psiconautas vu hier. La rencontre étant en premier lieu pour la presse, la petite salle est déjà bien pleine quand j’entre et je reste au fond debout à tenter de prendre quelques notes.
J’ai retardé la mise en ligne de ma chronique du film justement pour potentiellement avoir de nouveaux éléments de compréhension aujourd’hui. Décidément, voilà un film bien intrigant… J’ai une chronique à retravailler !
Les questions sont posées en anglais, les réponses en espagnol et traduites ensuite en français, c’est plutôt pratique, ça me laisse le temps de noter.

Ça m’aurait bien arrangée de pouvoir faire dédicacer mon volume de Psychonautes par Alberto Vazquez à la fin – ça arrive certaines fois – mais non, pas de chance. Et je doute d’avoir la patience et la force d’attendre la séance de dédicace de 16h. Tant pis…

13h15, je vais me poser sur un petit bout de table au Largo, avec un soda et un muffin : un peu de sucre pour éviter l’appel de la sieste pendant ma séance de 14h.
af16mar10
Séance de 14h que je passe au tout premier rang de la salle, vu qu’il y a déjà pas mal de monde installé. Séance complète, tous les fauteuils sont occupés. Et c’est qu’il le valait bien, ce fameux long métrage Ma vie de Courgette ! (Chronique ici)
A 15h15, je sors avec un sourire sur les lèvres, voilà un film qui fait du bien.
Ah tiens, c’était donc ça qu’on entendait pendant les dernières minutes de film ! La manif du jour contre la loi-travail vient en effet tout juste de passer. Elle a d’ailleurs dû avaler mon bus de 15h20, je ne le vois jamais arriver… Bon ben OK, celui de 15h50 alors…

Je préfère ne pas trop en faire les premiers jours pour réussir à tenir jusque vendredi. J’ai déjà de quoi bien écrire en rentrant.

J’en profite pour vous montrer le court métrage des Gobelins du jour (chaque jour, un court métrage réalisé par des étudiants des Gobelins ouvre chaque séance du Festival). Je l’ai non seulement trouvé beau mais en plus particulièrement adapté à ce jour de manifestation nationale !

A demain !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *