Êtes-vous curieux ?

curiosity03
La curiosité n’est pas un défaut (Mangaverse).
La curiosité n’est toujours pas un défaut (AfterM).
Depuis des années, j’essaie de me tenir à ce credo. La curiosité comme une belle valeur à partager, une valeur d’ouverture, de bienveillance, de rencontre, de générosité. Le genre de truc dont on a un peu besoin aujourd’hui, entre les news people trash, les mauvaises nouvelles mondiales, les hypocrisies diverses, la cupidité et l’irresponsabilité de beaucoup, la haine et le mépris comme hashtag tendance sur twitter 2014.

À mes yeux, la curiosité, c’est une notion primordiale. Le truc numéro 1 qui devrait être inscrit au fronton de toutes les écoles. Je ne parle évidemment pas de la curiosité façon voyeurisme souvent mal placé qui consiste à espérer voir le show business se rétamer la tronche, par jalousie. Non, la « bonne » curiosité, l’envie d’apprendre, de découvrir, de fouiller au delà de nos habitudes, nos préjugés, de notre zone de confort. Tenter quelque chose, voir au delà, se mettre un peu en danger en acceptant de reconnaître qu’on ne sait pas et que c’est justement pour ça qu’on cherche, prendre le risque d’être déçu, de ne pas comprendre tout de suite, voire de susciter la désapprobation de certains en ayant eu l’audace de remettre en question une norme, un ordre établi.
La curiosité, c’est un grand mouvement de vie sans quoi on n’évolue pas. Sans quoi on stagne dans ses croyances, ses acquis, on ne s’en satisfait même pas, on a surtout la trouille de faire le premier pas et on va peut-être même aller jalouser l’autre qui a osé.

Aujourd’hui est un bon jour pour parler de curiosité. Il y a un peu plus de 400 ans, un homme a pointé ce qu’on appellera ensuite la lunette astronomique, au départ développée à des fins militaires, vers le ciel et a commencé à y découvrir des choses qu’on n’avait jamais imaginées.
Aujourd’hui, le module Philae, séparé de la sonde Rosetta ce matin, a atterri sur la comète 67P Churyumov-Gerasimenko, après un long voyage de 10 ans au travers du système solaire. Pour peut-être nous en apprendre un peu plus sur l’émergence de la vie sur la Terre, par exemple.
Aujourd’hui, diverses nations se sont unies les yeux rivés sur des écrans pour voir si leur collaboration allait permettre un nouveau pas dans la compréhension de l’Univers. Loin des tensions, des guerres, des luttes intestines, des jalousies, des milliers d’yeux au travers de la planète ont attendu fébrilement de savoir si cette comète vieille de plusieurs milliards d’années allait peut-être délivrer une partie de ses secrets.
Je trouve ça beau. Et incroyablement fort et émouvant. Pour moi, ceci est une parfaite illustration de la force de la curiosité. Cette envie d’aller plus loin, de comprendre, d’apprendre même si cela n’a pas une utilité directe dans la vie de tout le monde. Même si ça ne va pas dans le mouvement du tout utilitaire pragmatique actuel qui finit par aveugler à force de ne voir que son petit intérêt immédiat, quitte à oublier de rêver un peu ou de simplement lever les yeux.

Je ne suis pas scientifique et ma fébrilité du jour, dans l’attente des rapports télémétriques annonçant le franchissement de chaque étape par Philae, m’a prouvé à quel point je n’aurais pas pu l’être : pas assez de patience et de sang-froid (au delà des compétences). Mais je tiens depuis des années, à ma manière, à défendre la curiosité. Elle n’est pas forcément liée aux livres, à la connaissance pure, à la science, elle peut être dans les simples rapports humains quotidiens, dans la bienveillance que l’on peut choisir d’accorder à l’autre, dans l’acceptation de ne pas tout savoir, de le dire sans gêne et d’être prêt à écouter pour mieux comprendre. Elle est partout, prenant la forme qui nous correspond le mieux si on accepte de lui laisser une place dans nos vies.

J’ai aujourd’hui deux centres d’intérêt principaux : d’un côté, la BD, l’animation, que j’explore sur AfterM. De l’autre, la question féministe, la lutte contre le sexisme, les LGBTphobies (LGBT : Lesbiennes, Gays, Bi et Trans), que je questionne depuis peu sur mon Tumblr. Et je me rends compte que ces deux sujets pourtant a priori très éloignés sont liés par une même curiosité. Celle de découvrir de nouvelles œuvres, de nouveaux points de vue, de nouvelles manières de voir le monde et peut-être de le comprendre d’un côté… Et de l’autre, la curiosité de comprendre de nouveaux concepts, de déconstruire des clichés, des normes qui oppriment, cassent, manipulent et emprisonnent les individus. De rencontrer des personnes capables de faire passer leurs pensées, leurs convictions, leurs idéaux. De vouloir faire avancer de belles causes, malgré tous les obstacles, toutes les insultes, les intimidations, les menaces de gens qui ne veulent surtout pas que les choses changent, prêts à tout pour que le pouvoir reste détenu par quelques-uns, parfois totalement inconscients de leurs propres privilèges.

La curiosité, donc, en philosophie de vie. Même si parfois, on ne peut pas. Quand mon moral vacille, que la lassitude ou la fatigue prennent le dessus, que l’humeur est bougonne, je ne suis plus curieuse. Je n’ai juste plus envie de rien. Que ce soit ouvrir un bouquin, m’installer avec une BD, discuter ou réfléchir, non, juste me poser dans un coin et attendre un peu que ça revienne. C’est un peu ça en ce moment même si l’excitation du jour m’a permis de pondre ce billet (j’en profite, l’envie d’écrire part tellement vite…). Combiné à beaucoup de boulot qui se cumule. Mais je sais aussi qu’il suffit d’un rien, d’une exaspération de trop, d’un coup de nerf passager pour que mon Tumblr ait droit à un nouveau billet « militant ». De quelques pages d’une BD ouverte dans un petit moment libre pour qu’AfterM voit débarquer une nouvelle chronique. Et ainsi de suite…
J’espère réussir à garder encore un peu cette envie de curiosité, doublée d’un peu de naïveté, ou d’un peu de colère aussi parfois, pour avoir encore quelques mots à partager ici, ou sur Tumblr ou Twitter (j’avoue que FB, je m’en sers de moins en moins, ça ne sert à rien).

Et évidemment, en illustration de ce billet… le bien nommé Rover Curiosity bien loin des affres humaines sur Mars.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Gemini dit :

    Tout-à-fait d’accord : la curiosité est aussi mon crédo, et j’aime être surpris.

  2. Judge Fredd dit :

    Magnifique billet.

    J’ai souvent regretté la manière dont j’ai quitté Mangaverse il y a de cela déjà de nombreuses années.
    Mais je suis heureux de voir aujourd’hui que tu as toujours gardé le bon cap.
    La toile manque cruellement de sites comme le tien.
    Le monde manque cruellement de gens comme toi.
    Je te souhaite le meilleur.

    Fred

    PS : c’est la curiosité qui m’a récemment remis sur la voie de ton site. 🙂

    • Morgan dit :

      Oh bon sang, Fred !!
      Merci pour ces mots, ça me touche beaucoup surtout venant de toi.
      Tu fais partie de ceux qui m’ont permis d’apprendre à être curieuse et je ne l’oublierai jamais.
      Le meilleur pour toi aussi !

      • Judge Fredd dit :

        Merci pour ta réponse, qui me touche beaucoup elle aussi.
        Je te laisse, j’ai un paquet d’années de chroniques à rattraper pour me donner de bonnes idées de lecture. 🙂
        A bientôt.

        Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *