Suivi Après Chronique #2

sac02_bandeauLe SAC revient pour son deuxième numéro avec 4 nouvelles mini-chroniques sur des séries en cours déjà chroniquées ou des titres sur lesquels j’ai envie de dire juste quelques petites choses. Comme la dernière fois, un comics et trois mangas au programme.

Gokusen vol. 1 par Kozueko Morimoto – Kazé Manga – 7,79€
Gokusen vol. 1J’étais curieuse de voir ce que pouvait donner ce titre mais… Typiquement le genre de série qui sort trop tard, datant déjà un petit peu (2000 pour le premier tome japonais sur les 15 que compte la série en tout). Quand je collectais les couverture sur Mangaverse, je me rappelle m’être dit à l’époque en les voyant « ah tiens ça a l’air intéressant ». Ben non.
Dessin assez plat, pas très heureux, très vide, très raide, sans guère d’énergie. Base d’histoire potentiellement sympa – une petite-fille de chef yakuza qui devient prof dans un lycée qui craint – mais ça reste très gentillet, sans guère de passion, sans vraiment de scénario, avec un humour assez creux… La comparaison avec GTO, manga drôle et nerveux, fait très très mal (même si certes, l’un est un pur shônen, l’autre un josei donc s’adressant à un autre public). J’ai dû me forcer à finir le volume.
Ravie de savoir que je ne vais rien louper en ne suivant pas cette série, qui plus est prévue en sortie mensuelle.
Tome 2 sorti en même temps le 16/09, tome 3 prévu pour le 15/10.


Dusk maiden of Amnesia vol. 3 par Maybe – Kana – 7,45€
Dusk maiden of Amnesia vol. 3La quête de Teiichi pour trouver des réponses sur les circonstances de la mort de Yûko se poursuit avec les autres membres du club d’enquêtes sur les phénomènes étranges. L’école continue de créer ses propres légendes et il faut réussir à démêler le vrai du faux.
Le manga reste toujours très agréable à lire, les liens entre les personnages se renforcent et dégagent beaucoup de tendresse et de chaleur… et un petit côté harem manga se précise puisqu’après tout, Teiichi est le seul garçon de la troupe, entouré de 3 ou 4 nanas à chaque fois. Cela reste plutôt innocent car ils sont collégiens même si cela n’empêche pas certains sentiments de commencer à émerger.
La première histoire est assez intéressante, un peu casse-gueule mais l’auteur finit par s’en sortir même si cela reste un peu alambiqué et pas toujours très clair. La suite joue sur les classiques activités des vacances d’été, sauce « club d’enquêtes sur le paranormal », et au delà des rires et des séances de « faisons nous peur pour de faux » commence à se profiler quelque chose de plus concret concernant Yûko.
Bref, un troisième volume plutôt sympathique… même si je tique un peu sur l’âge des protagonistes, un peu jeunes pour se la jouer sexy en maillot de bain. Le plus gênant restant les croquis de fin de volume où l’auteur semble prendre un peu trop son pied à dessiner de jeunes adolescents…
Tome 4 prévu pour le 07/11.


John Prophet vol. 2 par Brandon Graham, Simon Roy, Farel Dalrymple, Giannis Milonogiannis – Urban Comics – 15,00€
John Prophet vol. 2Alors que le signal d’éveil des clones se propage sur tous les mondes autrefois colonisés par l’homme, John Prophet l’ancien, l’original, réunit ses compagnons de route pour empêcher le retour d’une Humanité trop cruelle pour exister.
Un peu plus d’un après un premier tome déjà fort intrigant, Brandon Graham et ses trois acolytes reviennent avec un nouveau volume encore plus puissant, débordant d’idées. On n’est pas ici dans un univers anthropocentrique où l’être humain est à la base de tout. Les diverses formes de vie qu’on rencontre au cours des périples des clones ou de l’Ancien sont aussi étranges que multiples, que ce soit dans la forme, la durée de vie, le niveau d’intelligence, les besoins biologiques, etc. On en prend encore plein les yeux au fil des trouvailles et des idées des auteurs, qui ainsi nous emmènent véritablement dans un autre univers, loin de tout repère familier, où le danger guette à chaque seconde, où rien n’est prévisible, où l’humain n’est qu’une poussière parmi d’autres même s’il se croit encore et toujours supérieur et indispensable, incapable d’accepter la fin de sa civilisation pourtant destructrice.
L’idée de changer de dessinateurs pour chaque chapitre, comme dans le premier tome, accentue d’autant plus cette impression d’étrangeté et de déboussolement dans ce monde qui ne nous ressemble plus du tout.
Voilà clairement un titre avec une identité forte, alliant personnages intrigants et attachants, action trépidante, aventure illimitée, quête spirituelle et interrogation sur l’homme. Passionnant.


Magical Girl of the End vol. 3 par Kentarô Satô – Akata – 6,95€
Magical Girl of the End vol. 3Voici donc le fameux volume ont on nous vante tous les mérites depuis le lancement de la série. Celui qui change tout. Et c’est vrai que…
Kogami pense ne pas se réveiller de la dernière attaque d’une énième Magical Girl. Et pourtant… Mais le petit groupe de survivants, scindé en deux, n’est effectivement pas au bout de ses surprises…
Le jeu de massacres prend en effet une nouvelle tournure. Les personnages commencent à se dévoiler : le passé familiale tragique de Kogami, les sentiments de Sayano… entre autre. Akuta le flic psychopathe pervers fait aussi toujours partie du jeu, avec toutes la subtilité et la sensibilité déjà démontrées et sa seule présence donne déjà une impression assez malsaine, ambiguë : il fait partie du groupe des survivants, il côtoie et agit avec les lycéens, tout en ne cachant pas son caractère profondément dérangeant, immoral et impitoyable.
Et c’est justement l’ambiguïté, au delà de la violence première et primaire des Magical, qui commence à se distiller au travers des pages, à suinter et teinter le regard des personnages qui finissent par ne plus trop savoir à qui se fier, d’où vient véritablement le danger. Le jeu continue de dévoiler ses pièces une à une, sachant surprendre tout en restant cohérent, avec une seule question : jusqu’où cela va-t-il aller ?
Tome 4 prévu pour le 13/11.

C’est tout pour cette fois-ci, on se retrouve vite pour une nouvelle chronique.

2 comments

  1. Moi aussi ça me donne envie John Prophet quand tu en parles. Je ne sais pas pourquoi j’associais ce titre à la franco-belge! J’aime beaucoup ce que j’ai feuilleté en librairie en tout cas 😉 .

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *