The Wicked + The Divine vol. 1

Série en cours par Kieron Gillen, Jamie McKelvie et Matthew Wilson, éditée en VF par Glénat Comics185x283mm, 17,50€.
Volume 1 paru le 26/10/16.

C’est auréolé d’une flatteuse réputation que la série The Wicked + The Divine débarque en France chez Glénat Comics : lauréate des British Comic Awards, nominée aux Eisner Awards. Forcément, ça interpelle. Quand on y ajoute un résumé intrigant…

The Wicked + The Divine vol. 1Tous les 90 ans, douze divinités s’incarnent sur Terre. Dotées de puissants pouvoirs et d’un charisme ravageur, elles ont deux ans pour apporter leur divine inspiration à l’humanité. Car dans deux ans, elles seront toutes mortes.
En 2014, elles sont là. Lucifer, Amaterasu, Minerva, Baal, Sakhmet et d’autres, hypnotisant les foules comme les divines pop stars qu’elles incarnent dans ce XXIe siècle où les cultes prennent désormais place sur des scènes médiatiques plutôt que dans des temples. Adulées par les uns, haïes par les autres, leurs éphémères existences vont croiser celle de Laura, une de leurs groupies…

« Ce n’est pas parce que vous êtes immortel que vous vivrez pour toujours… ». Cette phrase d’accroche de la série peut sembler étrange mais prend rapidement tout son sens dès qu’on lit les premiers chapitres. Les élus du XXIe siècle vont rapidement faire des « étincelles » et laisser leurs traces dans cette société où le paraître et la célébrité médiatique sont devenus les symboles du pouvoir. Créateurs adulés, idolâtrés, jalousés, méprisés, ils font régulièrement la Une des journaux sans qu’on sache vraiment ce qu’ils apportent fondamentalement au monde. Fragiles créatures éphémères, flash lumineux qui seront oubliés dès qu’ils se seront éteints ? Ou empreintes durables dans l’âme des simples mortels qui les auront croisés ?
C’est par les yeux de Laura, fan obsessionnelle prête à brader sa propre vie pour suivre la leur, qu’on les découvre. Pour autant, fan ne veut pas dire idiote et ses rencontres avec les différentes divinités, issues de différentes religions comme dans le roman American Gods de Neil Gaiman, sont autant d’occasions pour le lecteur d’en apprendre un peu plus. Car on ne sait pas grand-chose quand démarre cette histoire et c’est au fur et à mesure que les auteurs apportent des détails sur leurs précédentes incarnations, leurs pouvoirs, la raison de leur existence.
wickeddivine02

Si on pense au départ n’être là que face à des jeunes arrogants mégalomanes ne servant qu’à faire le spectacle sur une scène, c’est ce qu’ils provoquent sur le monde autour d’eux qui les rend fascinants. Le rejet des uns, la transe hypnotique des autres, la peur, le doute, les questions… Qui sont-ils vraiment ? Pourquoi sont-ils là ? Quelles sont leurs limites ?
L’univers imaginé dans ce premier tome intrigue, fascine, interroge, laissant entrevoir de vertigineuses possibilités de développement du scénario tout azimut. Ce qui pourrait n’être qu’une farce de jeunes prétentieux au look pédant dégage en fait une profondeur inattendue, pleine de solitude, de délires de grandeur, de terreur de disparaître, d’oublis, d’introspections dans des zones bien trop sombres pour en revenir indemnes.

Ce premier tome apparaît au départ comme un gros bordel multicolore et tape-à-l’œil d’où petit à petit émergent des questionnements aussi bien sur notre monde et ce qui le fait tourner que sur ce qu’on recherche et ce qu’on est prêt à perdre de notre propre existence pour un instant d’éternité. Les mises en scène de ces dieux sont criardes, provocatrices, artificielles, trompeuses, peut-être même vulgaires… Mais ne sont-elles pas simplement le reflet de notre monde ?
Hâte de voir ce que la suite nous réserve, le tome 2 étant annoncé pour février 2017…

2 comments

  1. Après cette chronique et les fréquentes déclarations d’amour de Cosmos, il va m’être difficile d’ignorer ce titre 😀 Le pitch me rappelle effectivement American Gods/Sandman (et surtout Desire), ce qui n’est pas pour me déplaire.
    Si je comprends bien, dans ce premier volume, c’est surtout du show ?
    Je vais peut-être attendre le volume 2 pour mieux apprécier l’œuvre 🙂 Merci encore.

    1. Le deuxième tome sera vite là donc l’attendre me semble une bonne idée. J’en reparlerai sans doute à ce moment-là.
      Ces divinités du XXIe siècle ne sont que dans le show, elles ne peuvent exister autrement. Même quand ça ne peut qu’empirer leur situation. Mais il n’y a pas que ça quand on gratte un peu…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *