Descender vol. 1

Série en cours par Jeff Lemire et Dustin Nguyen, éditée en VF par Urban Comics, 186x285mm, 14,00€.
Volume 1 paru le 29/01/16.

La collection Indies d’Urban Comics, c’est un peu ma collection chouchou, où j’aime piocher pour y découvrir de nouvelles lectures. Dernière en date, Descender de Jeff Lemire et Dustin Nguyen.

Descender vol. 1Il y avait les neuf planètes majeures, regroupées dans le CGU, le Conglomérat Galactique Unifié. Le calme était tout relatif mais la vie y était apparemment agréable. Puis sont apparus les Moissonneurs, neuf robots gigantesques qui semèrent la destruction parmi les vivants. Dix ans plus tard, sur une petite lune éloignée s’éveille Tim-21, un des derniers androïdes de compagnie. Il part aussitôt à la recherche de son « frère » Andy. Mais tout semble mort dans cette cité minière…

Se mettre à lire ce comics juste après le volume sur l’intelligence artificielle de la Petite Bédéthèque des Savoirs, voilà qui est assez ironique. En effet, l’univers de Descender nous plonge dans un espace post-cataclysme, où des robots surpuissants ont ravagé la vie, ne s’en prenant jamais aux machines travaillant sur les neuf planètes. Passée la stupeur de l’attaque, il n’a évidemment pas fallu longtemps pour que les survivants se lancent dans des botgroms, la destruction aveugle et haineuse de toute machine, symbole du massacre et donc menace à éradiquer tandis que plane la peur d’un retour des Moissonneurs pour achever leur travail. On retrouve donc ce vieux fantasme des machines devenues supérieures à l’humain et ne cherchant que leur anéantissement…
Néanmoins, un point diffère : ici les robots ne sont pas forcément des créations purement humaines. On ne sait rien des Moissonneurs, ni leur but, ni leur origine. Les rendant d’autant plus terrifiants, impossibles à comprendre et à expliquer et donc à prédire et à combattre.

Au milieu de cet enfer où la haine n’attendait qu’une étincelle pour faire voler en éclat le semblant de coopération entre les neuf planètes s’éveille Tim. Un peu comme Astro, personnage sur lequel Jeff Lemire a d’ailleurs travaillé, c’est un androïde aux traits d’enfant, incapable de comprendre ce qu’il se passe, devant faire face à quelque chose qui dépasse ses attributions : lui est un robot de compagnie pour jeune humain, rien de plus. Ou peut-être que si, justement…

descender02
Honnêtement, la première moitié du volume ne m’a pas énormément accrochée. Du mal à rentrer dans l’histoire, l’univers pré-Moissonneurs n’étant que succinctement présenté pour vraiment rendre compte de la force de l’attaque. Mais l’incroyable beauté du dessin et de la colorisation (aquarelle ?) m’a poussée à au moins finir le volume, tellement graphiquement le rendu est sublime. Et l’histoire prend alors tout son intérêt, avec un mystère qui s’étoffe et devient plus prenant, et un univers qui se développe. On retrouve comme toujours les turpitudes humaines, haine qui répond à notre peur de l’inconnu, soif de gloire quelque soit le prix, aveuglement, rages belliqueuses, etc. Et au milieu de tout ça, l’innocence d’un Tim, l’essence d’un enfant humain sans risque de le voir développer les mauvais côtés de ses « maîtres » en grandissant puisqu’il n’est prévu que comme un individu figé…

Ce premier tome de Descender est donc finalement une assez bonne surprise, remettant en scène le conflit classique de l’humain face à la machine. Reste désormais à voir quelle route les deux auteurs vont finalement suivre… On en découvrira sans doute plus le 30 septembre 2016 avec la sortie du tome 2.

One comment

  1. J’ai adoré ! Il faut dire que les dessins de Dustin Nguyen y sont pour beaucoup. L’univers semble tellement étendu et complexe. Le récit est passionnant et j’ai hâte de voir la suite !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *