HP vol. 1 et 2

Série en cours (4 volumes prévus) par Lisa Mandel, éditée par L’Association, 155x220mm, 88 à 96 pages, 13,20€.
Tome 1 sorti en octobre 2009.
Tome 2 en octobre 2013.

Voilà déjà plusieurs années que je connais le travail de Lisa Mandel, quand je suivais son blog Libre comme un poney sauvage, sans jamais avoir pour autant acheté une de ses BD. C’est désormais chose faite avec les deux premiers tomes de HP.

HP vol. 1À partir des témoignages de sa mère, de son beau-père et de leurs amis, ayant travaillé des années en tant qu’infirmiers en psychiatrie, Lisa Mandel nous propose de découvrir cet univers bien particulier qu’est l’hôpital psychiatrique à partir de la fin des années 60.

Le premier tome, sorti en 2009, intitulé L’asile d’aliénés, s’intéresse aux années 1968 à 1973. La psychiatrie est alors toujours dominée par l’idée que le malade est un danger pour la société et que l’institution a pour devoir de les parquer dans un coin reculé sans espoir de sortie. Les neuroleptiques arrivent à peine, les traitements se résument à des électrochocs, des contentions excessives, des coups. Pas assez de moyens, de matériels, de personnels, qu’on ne peut guère appeler soignants, et beaucoup de malades sont simplement laissés dans leur crasse et leur souffrance, loin des regards de la société qui ne se sent pas concernée. Les mauvais traitements sont courants, jamais sanctionnés, et le personnel se plie à la loi du plus fort, du plus ancien.
Mais un nouvel état d’esprit commence à émerger, avec peine… Les neuroleptiques trouvent leur place, rendant les établissements silencieux après des années de hurlements. Quitte à abrutir le patient à coups de piqûres…

Le deuxième tome, sorti en 2013, Crazy seventies, s’intéresse aux années 1974 à 1982. On est alors en pleine révolution des traitements et des mentalités. Des psychologues font leur entrée, contrebalançant le tout-pouvoir des médecins psychiatres jusque-là seuls maîtres à bord et décidant de tout sans vraiment suivre les malades. Ces derniers sont désormais considérés comme des personnes en souffrance et pas des dangers à éloigner du monde. De nouvelles méthodes apparaissent… ce qui n’empêche aucunement les anciens abuseurs de continuer leurs magouilles, sachant s’adapter.

hp03

Car si Lisa Mandel ne se fait que le relais des souvenirs, sans aucun jugement moral de sa part, simplement en mettant les anecdotes en images, les témoins n’hésitent pas à dire crûment les choses, quitte à faire leur mea culpa en cours de route et en dénonçant certains comportements choquants. Manque de répondant face à des traitement humiliants, beaucoup ont courbé l’échine face à l’intolérable. Vols, manipulations, maltraitances, jeux cruels… Le quotidien dont ils témoignent n’est souvent pas reluisant. Il n’y a aucune langue de bois et tout y passe. La lecture n’en est que plus passionnante, même si parfois un peu rude, décrivant un microcosme complexe avec ses propres règles, ses propres lois, ses juges et ses bourreaux, ses victimes et ses injustices, mais aussi ses rires, ses absurdités, et beaucoup de tendresse qui parvient à se dégager, notamment dans le premier tome où on ressent une sorte de camaraderie qui se créé, pour compenser la difficulté du quotidien de ces malades et de leurs soignants.

HP vol. 2Le deuxième tome voit ces infirmiers dispatchés dans des établissements différents, plus ou moins à l’avant-garde de la nouvelle psychiatrie, avec ces vieux de la vieille qui ne comprennent rien aux nouvelles méthodes et refusent tout changement, ses médecins qui créent de nouvelles absurdités en jouant aux apprentis-sorciers, ses séances de groupe qui désarçonnent tout le monde parce que totalement peu expliquées et donc incomprises, quitte à en payer le prix en vies humaines.
Ces deux tomes sont une belle découverte, souvent dure et crue, mais aussi tendre et même drôle, nous mettant face à des malades que même aujourd’hui on considère encore mal, un univers qui fait encore tant peur. Il n’y a aucun jugement péremptoire, juste des instants de vie racontés, parfois féroces, parfois étonnants, parfois révoltants.

La vraie question au final, c’est : à quand le volume 3 ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *