21 avril 2021

Nouveautés février 2021

Continuons sur notre lancée avec les nouveautés de février 2021, au nombre de 6.
Seule la dernière n’a pas d’image intérieure, je n’ai pas réussi à en trouver. Pas toujours facile de trouver des infos ne serait-ce que quelques semaines avant la sortie d’une livre…

4 février 2021

La Guerre des mondes par Sai Ihara et Hitotsu Yokoshima chez Ki-oon

En 1901, le quotidien de la petite ville anglaise de Maybury est bouleversé par un événement incroyable : un énorme cylindre métallique s’est écrasé à proximité… Or, quelques jours plus tôt, une lueur inhabituelle avait été observée sur Mars. Pas de doute, l’objet vient de la planète rouge !
La population se précipite pour l’examiner et attend avec impatience l’ouverture de ce qui semble être un vaisseau spatial. Une créature tentaculaire apparaît au sommet… et s’attaque à la foule en détruisant tout sur son passage ! Le jour suivant, d’autres Martiens atterrissent et se lancent à l’assaut de la campagne du haut d’immenses robots tripodes. Les armes humaines ne font pas le poids face à l’envahisseur… Il ne reste qu’un moyen de survivre : la fuite !
13,90€ – Série en cours

A cliquer !

Pourquoi ?

Après Lovecraft, Ki-oon nous propose l’adaptation d’un autre maître avec H.G. Wells, écrivain qui m’intéresse tout autant. Si je ne suis pas totalement convaincue pour le moment par le graphisme et que les multiples adaptations de l’œuvre de Wells ont déjà bien fait le tour du sujet, j’attends quand même de voir ce que cette version a à nous proposer…


5 février 2021

Alt-Life vol. 2 par Thomas Cadène et Joseph Falzon chez Le Lombard

L’expérience de Josiane et René l’a prouvé, les humains peuvent vivre dans un environnement totalement virtuel. Les corps sont peu à peu abandonnés, et des millions de consciences viennent peupler ce nouveau monde désincarné et sans limites. Entre-temps, René tente son expérience la plus extrême : il crée du néant un petit univers dont il devient le dieu vivant. Il pensait en maîtriser tous les aspects. Mais le jour où il y emmène Josiane pour lui montrer fièrement sa création, les événements prennent une tournure inquiétante…
19,99€ – 160 pages
Disponible en version numérique

A cliquer !

Pourquoi ?

Je ne comptais pas parler de séries déjà en cours ici mais ce volume 2 est plutôt inattendu alors autant le signaler.
Après un premier tome étonnant et fascinant en avril 2018, Cadène et Falzon remettent ça. L’occasion de retrouver René et Josiane dans leurs aventures virtuelles !!


Éveils de Juliette Mancini chez Atrabile

Grandir. Se confronter aux autres, faire face aux premières déconvenues, au regard de l’autre, aux attentes du monde. Et puis faire des découvertes. Comprendre, se révéler à soi, aux autres. Se construire. A travers des bribes de sa vie et de son parcours, Juliette Mancini se raconte, elle, mais aussi le monde dans lequel elle a grandi. La légende viriliste du grand-père qui a fait la guerre; les premiers clichés sexistes (la force des garçons, la grâce des filles); la première main aux fesses dans la foule, la peur et la honte qui surgissent, mais aussi la découverte qu’on peut être désirable.
128 pages

A cliquer !

Pourquoi ?

Honnêtement, je ne sais pas si j’aurais mis cette BD ici si l’autrice ne m’avait pas été chaudement recommandée. Et le pitch m’intrigue… Alors même si le style graphique ne semble pas forcément évident à apprivoiser, je souhaite tout de même lui laisser sa chance de me parler.


12 février 2021

Skip par Molly Mendoza chez Dargaud

Pour échapper à la violence de sa ville d’origine, Eclo, vit en exil avec la survie pour seul but. Il est brutalement jeté dans un autre monde et rencontre Gluan, une drôle de créature foncièrement dilettante, chassée de chez elle par ses amis. Ballottés de dimensions en dimensions, ils vont tomber pèle-mêle sur des géants pleureurs, des îles alligators ou des mondes en 2D inversés. Pour rentrer chez eux et vaincre leurs propres peurs, ils ne pourront compter que sur eux-mêmes et leur belle amitié.
21,00€ – 160 pages

A cliquer !

Pourquoi ?

D’abord, c’est la couverture qui m’a intriguée. Puis le pitch. Et enfin, les avis sur la version américaine.
Et découvrir une nouvelle illustratrice qui semble avoir son style bien à elle, ça donne envie, non ?


17 février 2021

Grimoire noir par Vera Greentea et Yana Bogatch chez Glénat

Nous sommes aux États-Unis à une époque proche de la nôtre. La commune de Blackwell est la seule de tout le pays à ne pas considérer la sorcellerie comme un acte criminel. Cela n’empêche cependant pas certaines sorcières à abuser de leur magie… Dans cette petite ville, Bucky Orson est un peu morose – qui ne l’est pas, à 15 ans ? Alors que sa meilleure amie l’a quitté pour traîner avec des gens bien plus cool, sa jeune sœur vient d’être kidnappée dans des circonstances troubles. Et face à l’impuissance de son père, shérif de la ville, Bucky décide de mener lui-même l’enquête. Finira-t-il par percer les mystères de la magie de Blackwell ?
288 pages – 22,00€
Disponible en version numérique

A cliquer !

Pourquoi ?

Comme pour Skip, je suis intriguée par ces deux jeunes autrices. Le trait et la couleurs semblent plutôt agréables. Le sujet est certes un classique bien en vogue en ce moment mais peut-être ont-elles une manière nouvelle de le mettre en scène ?


Nellie Bly par Virginie Ollagnier-Jouvray et Carole Maurel chez Glénat

Nellie Bly est complètement folle. Sans cesse, elle répète vouloir retrouver ses « troncs ». Personne n’arrive à saisir le sens de ses propos, car en réalité, tout cela n’est qu’une vaste supercherie. Nellie cherche à se faire interner dans l’asile psychiatrique de Blackwell à New York dans le but d’y enquêter sur les conditions de vie de ses résidentes. Y parvenant avec une facilité déconcertante, elle découvre un univers glacial, sadique et misogyne, où ne pas parfaitement remplir le rôle assigné aux femmes leur suffit à être désignée comme aliénée. L’histoire vraie de la pionnière du journalisme d’investigation et du reportage clandestin.
22,00€ – Disponible en version numérique

Pourquoi ?

Une nouvelle BD avec Carole Maurel au dessin, forcément, ça m’intéresse. Mais en plus, sur un sujet féministe, avec une héroïne pionnière dans son domaine, c’est encore mieux !

6 réflexions sur « Nouveautés février 2021 »

  1. Ah oui, une BD de Carole Maurel au dessin, ça m’intéresse aussi. Et merci d’avoir attiré mon attention sur Grimoire Noir. J’avoue que le reste ne m’intéresse pas…

  2. J’ai acheté Skip de Molly Mendoza, le reste ne me dit trop rien.
    Acheté aussi Le goût de la nectarine de Lee Lai chez Sarbacane. Je suis étonné de ne pas le voir figurer dans ta sélection.
    Bon, reste plus qu’à les lire.

      1. Je me permets d’insister sur Le goût de la nectarine vu que je l’ai lu tout à l’heure et que, comme je le pressentais, c’est vraiment très très bien.

        Le gôut de la nectarine est le premier album d’une jeune australienne installée au Canada.
        Et on peut dire que pour un premier album, elle fait montre d’une sensibilité, d’une acuité dans le regard, d’une profondeur psychologique qui épatent. D’autant plus qu’elle aborde un sujet particulièrement casse-gueule.
        Max (Maxine) vit avec Bron (Bronwyn) une vie de couple compliquée.
        Chacune porte le poids d’un passé difficile qui s’est insinué peu à peu dans leur quotidien. L’homosexualité de Max est difficilement acceptée par sa soeur et de son côté, Bron la transsexuelle se débat avec sa décision de couper les ponts avec sa famille très croyante.
        Les seuls moments de fraicheur, elle les trouvent en compagnie de Nessie, la petite fille de la soeur de Max. Nessie, pleine de vie et libre d’accepter tout le monde pour ce qu’il est vraiment.
        Max et Bron se sont un temps retranchées dans la bulle de leur relation mais, chacune de son côté, elles vont à présent devoir affronter leurs tourments.
        Lee Lai ne porte pas de jugements. Elle scrute les sentiments de chacun avec une sensibilité qui sonne toujours très juste. Sans pathos, elle trouve la bonne distance. La retenue dont elle fait montre n’est jamais froideur.
        Une très très belle réussite qu’il serait dommage de ne pas découvrir.
        Coup de coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *