Coup d’envoi du Festival d’Annecy 2017


Comme chaque année depuis 2002, me voici fidèle au poste pour cette semaine chargée en projections du Festival du Film d’Animation d’Annecy. Ce sera ma seizième édition et je n’en suis toujours pas blasée ou lassée, même si cela reste une épreuve difficile pour moi. Je peux vous dire que je dois sacrément aimer ça pour y revenir année après année malgré ma hantise de la foule et de la chaleur !
Et cette année, niveau chaleur, on va douiller sévère, c’est moi qui vous le dis !
Déjà, ce dimanche après-midi, étant descendue dès 14h pour aller à Bonlieu chercher mon accréditation, j’ai perdu environ 32 litres d’eau en transpiration tandis que j’entendais mes pieds hurler leur détresse moite. Mon ascension annuelle de l’Everest a commencé.

J’avoue, cette année, j’y vais encore à la cool. Ayant eu énormément de travail ces dernières semaines, je n’ai absolument rien préparé, ayant à peine eu le temps de choisir mes séances dans le programme ultra-chargé de cette édition. J’ai prévu 13 séances, dont 3 auxquelles je tiens absolument (heureusement, le matin), pour le reste, ça se fera au jour le jour selon mon état. Je dois me limiter physiquement et nerveusement, comme déjà expliqué. Si je veux tenir toute la semaine sans crise, je dois accepter un peu de frustration. Heureusement, avec la billetterie actuelle, il est facile d’annuler des séances si besoin.

A 14h donc j’étais en route pour Bonlieu, et déjà ma première file d’attente de ma semaine… Mais file relativement courte, par rapport à celle des étudiants, et j’ai même pu passer le temps en bavardant avec d’autres festivaliers. L’occasion pour moi de bien me rendre compte que j’ai le niveau d’un élève de 6e LV1 quand il faut que je sorte des phrases compréhensibles à une anglophone. Mais ça fait tout de même toujours plaisir de papoter comme ça, surtout avec quelqu’un qui ne connaît pas du tout le Festival à qui on peut donner quelques petits trucs.

On commence l’attente !

Une fois mon badge et mon kit Festivalier sur le dos – oui, le sac du Festival est sur le dos cette année – je suis allée chercher mon forfait de bus hebdomadaire à l’Office du tourisme, où un duo d’étudiants découvrait désespéré qu’il ne fallait pas trop compter sur les bus hors agglomération le dimanche. Eh les gars, vous allez rejoindre (j’espère) votre hôtel en bateau, c’est classe, non ?

Je prends quelques photos… Oh, mon bus est dans une heure, que faire ? Ah, j’ai vu qu’il y avait le retour de la VR cette année. Je ne connaissais pas la salle Bonlieu Création mais j’y retrouve ma copine anglophone de file d’attente de tout à l’heure.

Le problème de la VR, c’est que de l’extérieur, ce n’est pas très impressionnant…

En fait il y a 7 postes avec un casque VR (réalité virtuelle), il faut donc attendre un peu pour pouvoir en profiter. Il y a 3 courts métrages en tout et les minutes filent, je ne suis pas sûre de pouvoir en tester un… Ah finalement, me voilà plongée dans Dear Angelica avec ce fameux casque sur les yeux. 13 minutes de réalité virtuelle plutôt intéressante, assez prenante – pas vu le temps passer – et très perturbante notamment pour mon oreille interne qui n’apprécie pas totalement la découverte. N’empêche que ça valait le coup d’attendre, en plus à l’ombre et au frais. Il faudra que je vois si je n’y retourne pas dans la semaine pour en tester d’autres…

Mais voilà déjà l’heure de mon bus – finalement, tout ça est passé vite – et malgré ma première décomposition solaire de la semaine, je suis contente d’avoir innové un peu.

Le Kit du Festivalier de cette année

Demain, ce sera le début des choses sérieuses. Je me suis prévue 3 séances, dont en tout premier un long métrage japonais que j’attends depuis un bon moment…
A demain pour mon premier compte rendu et normalement ma première chronique !

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Herbv dit :

    Et c’est reparti pour une année ! Je serai une fois de plus un lecteur attentif de tes compte-rendus.

    J’ai failli venir faire un petit tour cette année, mais A-Yin a trop de boulot (et moi aussi en fait) pour réussir à libérer une ou deux journées en semaine. Je vais espérer pour 2018 🙂

    • Morgan dit :

      Dis-toi que tu évites la chaleur. Parce que ça cogne grave et qu’il y a de plus en plus de monde chaque année.
      (Et tout est très contrôlé désormais 🙂 )

  2. Anon dit :

    Merci pour tes chroniques !! Je m’y reconnais particulièrement dans le rythme effréné. C’est mon premier festival d’Annecy et cette année il y a du lourd. Nos visionnages ne se recoupent pas trop, sauf pour Dans un recoin de ce monde que j’ai vu tout à l’heure, mais bon il faut faire des choix et puis tes articles donnent envie de voir certains films lorsqu’ils sortiront en salle. Tu n’en as pas encore parlé mais je suppose que tu seras demain à Bonlieu pour Lou over de the Wall 😀
    (je ne sais pas si tu pourras voir Ethel et Ernest, c’est vraiment bien. Par contre assez déçue par Loving Van
    Gogh, ça reste très conventionnel malgré le parti-pris graphique).

    • Morgan dit :

      C’est ça qui est drôle à Annecy, c’est qu’il y a tellement de choses à voir que personne n’a le même programme 🙂
      Vu Lou over the Wall mais… pas mon truc on va dire.
      Ethel et Ernest, j’ai hésité, pas pris en me fiant à quelques articles mais je me dis que c’est dommage, maintenant.
      Pour Loving Van Gogh, j’essaierai de le voir un de ces quatre ne serait-ce que pour savoir si j’ai bien fait d’y renoncer pour le Festival ou pas 🙂
      Merci pour ton commentaire en tout cas, j’espère que cette édition t’aura plu !!

  3. Anon dit :

    Quels articles ? Moi je pense qu’il est très possible qu’il gagne Ethel et Ernest, puisque je constate avec étonnement que Lou ne fait pas l’unanimité (ceux qui adorent, ceux qui détestent. J’espérais un prix pour ce film, pour faire connaître Yuasa qui le mérite vraiment, mais bon, ce n’est pas gagné j’imagine). Il est graphiquement beau, émouvant, drôle, universel, bref, ils m’ont impressionnée les Anglais cette fois-ci (pas vu Zombillénium, le graphique ne m’attirait pas, mais apparemment ça a beaucoup de succès).
    Je crois que le titre c’est Loving Vincent, mais en français c’est la Passion Van Gogh, j’ai confondu les deux 🙂 S’il te reste quelque force, tu devrais quand même y jeter un coup d’oeil durant le festival. Je constate qu’on n’a pas les mêmes goûts, donc ça pourrait peut-être te plaire.
    C’était vraiment une belle édition, j’ai vu que ce je voulais principalement voir mais ce n’est pas facile d’enchaîner les films. Au bout d’un moment, on est trop esseulé pour se faire un avis clair, les conditions ne sont pas forcément idéaux (la foule, la queue, se presser pour les séances, les repas étalés, la fatigue, la chaleur) et peuvent influencer notre rapport au film. Il me faudra en revoir certains en salle, avec cette fois-ci l’esprit plus clair.

    • Morgan dit :

      Divers articles en anglais que j’ai vus vite fait quand je devais faire mon choix de séance. Je suis très limitée niveau quantité de séances que je peux voir alors je tente de ne pas trop me planter…
      Zombillénium, c’est top (mais j’aile beaucoup le style d’Arthur de Pins). Quant à Ethel et Ernest, pourquoi pas un prix en effet… On verra demain soir.
      Je n’ai pas été hyper emballée par cette édition (en même temps, c’est ma seizième :)) mais j’y ai tout de même vu de jolies choses.
      C’est sûr qu’au bout d’un moment, on sature un peu et difficile de garder les idées claires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *